Cliquez sur le logo pour accéder au site dédié à l'exposition MARC PETIT- LIMOGES 2016,

et retrouvez toutes les oeuvres à la vente chez ARTSET.





INTERVIEW,Infomagazine.com

Imprimer PDF

Jean-Claude Hyvernaud "Le marché de l’art attire de plus en plus d’investisseurs"


L’art est-il une valeur refuge contre la crise ? Pourquoi et comment investir sur ce marché complexe et protéiforme ? Eléments de réponse avec le propriétaire de la galerie Artset.

INFO – Comment se porte le marché de l’art ?

Jean-Claude HYVERNAUD - Il n’est pas impacté par la crise de l’économie générale. Au contraire, il attire de plus en plus d’investisseurs et s’autorise même des records de ventes ! Alors que l’état de santé des marchés financiers et immobiliers inquiète, l’acquisition d’œuvres d’art apparaît plus que jamais comme un moyen intéressant de diversifier son patrimoine. D’autant plus que l’investissement est largement encouragé par un régime fiscal très favorable.

I. – Quels sont les principaux avantages fiscaux ?

J.-C.H. - Le détenteur d’une oeuvre d’art, de collection ou d’antiquité bénéficie de règles fiscales spécifiques en cas de cession de son bien. Il est soumis à une taxe forfaitaire de 5%, proportionnelle au prix de vente, si celui-ci est supérieur à 5.000 €. En dessous, il est exonéré de toute imposition. Il est également appliqué à la plus-value une décote de 10% par année de détention à partir de la troisième année. Enfin, les objets d’art et de collection ne sont pas compris dans la base d’imposition de l’ISF. Ils sortent ainsi du patrimoine taxable du contribuable.

I. – Ce type de clientèle est-elle présente à Limoges ?

J.-C.H. - Il existe ici, depuis toujours, des collections importantes. Des œuvres de Soutine, de Modigliani ou encore, bien sûr, de très nombreux Renoir, pour ne citer qu’eux, s’y sont vendues jadis. L’influence de la porcelaine et des industriels n’est sans doute pas étrangère à cette culture de l’art, qui peut sembler surprenante dans une ville moyenne, alors que les investisseurs sont traditionnellement issus des grandes métropoles.

I. – Quelles sont les qualités d’un bon acheteur ou d’un bon marchand d’art ?

J.-C.H. - Il doit avant tout ne pas ménager son temps, passer des heures et des heures sur Internet, fréquenter assidûment les galeries, s’intéresser à la cote des artistes. C’est ainsi qu’il se forge l’œil, qu’il apprend à déterminer quelle période d’une œuvre est plus recherchée par rapport à une autre. Et cela peut varier très fortement : par exemple, un Rebeyrolle peut se vendre 150.000 € quand un autre cotera seulement 10.000 €. Cela reste donc un exercice délicat et très aléatoire, un véritable travail d’équilibriste, qui fait aussi tout le sel de ce métier.

I. – Justement, comment êtes-vous venu vers ce métier ?

J.-C.H. - Je me suis toujours intéressé à l’art. Déjà, à dix-huit ans, quand je partais en week-end avec ma petite amie de l’époque, je m’arrêtais dans les brocantes pour acheter un petit tableau, une aquarelle, des babioles que je revendais au retour à Limoges. A l’époque, il y avait beaucoup plus de possibilités qu’aujourd’hui, les chineurs étaient moins nombreux. Je me suis pris au jeu et j’ai continué.

I. – Quelles furent vos rencontres déterminantes dans le monde de l’art ?

J.-C.H. - Il y a dix-huit ans, ce fut avec le sculpteur Marc Petit, à qui un espace est désormais dédié à Artset. L’importance de la galerie Lelong, à Paris, qui expose des artistes de renommée internationale, est également à souligner. Je la fréquente depuis 15 ans et j’y ai noué des liens de sympathie qui me permettent d’avoir un premier regard sur les oeuvres, avant les autres acheteurs, et d’obtenir des conditions très intéressantes.

SOURCE : www.infomagazine.com

INTERVIEW Infomagazine.com

 

Jean-Claude Hyvernaud "Le marché de l’art attire de plus en plus d’investisseurs"

 


L’art est-il une valeur refuge contre la crise ? Pourquoi et comment investir sur ce marché complexe et protéiforme ? Eléments de réponse avec le propriétaire de la galerie Artset.

 

INFO – Comment se porte le marché de l’art ?

Jean-Claude HYVERNAUD - Il n’est pas impacté par la crise de l’économie générale. Au contraire, il attire de plus en plus d’investisseurs et s’autorise même des records de ventes ! Alors que l’état de santé des marchés financiers et immobiliers inquiète, l’acquisition d’œuvres d’art apparaît plus que jamais comme un moyen intéressant de diversifier son patrimoine. D’autant plus que

>> LIRE LA SUITE ...

VIDEO FRANCE 3

 

"Le galeriste et le sculpteur"




Le galeriste et le sculpteur par 7ALimoges